Portrait

Dans le quartier, Camille est un personnage. Dans sa buvette, elle s’applique, tel un peintre dans son atelier, à l’art de recevoir. Ici tu t’assoies, tu prends ton temps, tu goûtes et tu dégustes.

Le lieu invite à la proximité.
Camille a fait sa Buvette toute seule mais pas sans amis ni soutiens. Elle a eu du pot en trouvant cette crémerie qu’elle a conservée dans son jus. Depuis longtemps dans la restauration, elle avait, peu à peu, vu le vin prendre la première place dans ses coups de cœur. Alors, son affaire tournerait autour de bouchons qu’on tire pour le plaisir dans le respect des humains et de la terre qui les porte.
« Mes vins sont des produits d’artisans, pas forcément bio car ce label n’indique pas toujours la qualité », prévient-elle. Ce jour-là, elle rentrait d’Auvergne d’où elle avait rapporté un saucisson aux myrtilles « incroyable ». Mais n’allez pas penser que son bar à vins ne vous proposera que le classique « charcuterie ou fromage ? » pour accompagner vos verres.Elle a ses alternatives de femme pleine de goûts et de caractère comme ses incontournables judiones, haricots blancs plus grands que des fèves.