Portrait

Rien d’étonnant que le lieu ait tous les atouts d’un décor, Thomas, l'artisan des mets délicieux bien dans leur jus, est un ancien professionnel de l’image qui avant travaillait sur les plateaux de cinéma.

Imagine le tournage d’un film à huis clos dans un village occupé par les allemands. Imagine que l’action se déroule intégralement dans un petit troquet, tout à fait français, le bar en zinc trônant, une serveuse qui porte un trait de crayon noir, un propriétaire en short, et un chef dans une cuisine ouverte qui vénère les oeufs-mayo. Ouvre les yeux : tu es à l’Orillon.

Rien d’étonnant que le lieu ait tous les atouts d’un décor, Thomas, l’artisan des mets délicieux bien dans leur jus, est un ancien professionnel de l’image qui avant travaillait sur les plateaux de cinéma.
Dans une ambiance à la fois intime et publique (façon le café du village), tu manges bien, en toute simplicité. Le menu du midi pour la version super cantine, les trop chouettes petites assiettes pour accompagner ton verre de vin pop le soir.