Portrait

On a ouvert un magasin qu’est-ce qui y’a ?! (Oui, on a mis plusieurs mois à comprendre que « zingam » c’est « magasin » en verlan).

Des petits mecs du XIe, Lelio, Sony et Guillaume, amis depuis le collège et même pas trente ans, ont monté une boutique qu’ils définissent d’abord comme pratique : des horaires aménagés à la vie des parisiens, des étals qui contiennent tout ce dont tu as besoin : fruits et légumes, laitages, charcuterie, vins, etc.
Mais le Zingam, c’est aussi et surtout une super came, avec une qualité qui te rappelle pourquoi c’est bon un artichaut.Des produits issus d’un réseau qu’ils ont tissé au long de leurs précédentes expériences : trois ans dans une ferme collective du Périgord Vert pour Lelio et Guillaume, et dans une cave à vins du XIe pour Sonny. Les magasins de producteurs, qui suppriment les intermédiaires, leur ont servi de modèle pour se fournir selon un circuit court. Par exemple, Rafi Mariano, un pote d’Ernest, est capable de te préciser le goût qu’avaient ces incroyables petites pommes de terre du Zingam que « Vico avait cuisinées aux copains pour une soirée Uno l’année dernière pendant que les filles étaient à leur entraînement de foot. La star de la soirée ça n’avait pas été le poulet, mais la patate » (Frissons dans ton corps ?)
Le Zingam, c’est enfin la meilleure bande son du quartier : on peut écouter dans le même après-midi Born to do it de Craig David ET l’album de Nekfeu. (On vous avait dit qu’ils étaient portés sur la qualité).