Portrait

L’endroit est atypique, pas complètement italien ni tout à fait restaurant, un peu épicerie et très ouvert sur le monde, comme ce couple attachant que forment Rossella en cuisine, et Latino, chargé de l’accueil en salle.

Toujours à l’écoute et motivés, ils aiment relever les défis citoyens : en plus d’être membres d’une cigale (structure de financement solidaire), le duo répond toujours présent aux rendez-vous participatifs d’Ernest. Il fallait voir Rossella sauter de joie lorsqu’on lui a proposé de cuisiner pour notre événement du vivre-ensemble à la Mosquée ! Originaires de Vénétie, ils vivent en France depuis plus de trente ans. Rossella est arrivée bardée d’une licence de philosophie et d’une maîtrise de sociologie. Mais ce qu’elle aimait, c’était la cuisine et, à force d’obstination, de cours du soir en formation professionnelle, puis de stages dans des restaurants réputés,

elle a fini par devenir pro et tenir, pendant une dizaine d’années, un petit restaurant italien à Saint-Michel.
Pendant ce temps, Latino travaillait dans l’édition. Ils se sont retrouvés ensemble dans le projet que nourrissait depuis longtemps Rossella: ouvrir un établissement où elle pourrait accueillir des cuisinières des familles de toutes cultures, pour leur transmettre des techniques professionnelles tout en sublimant leurs savoirs. À la Terra Madre, cette diversité se retrouve sur la carte, plus méditerranéenne qu’italienne, même si la majorité des produits proposés sont «made in Italy».