Portrait

Tu connais le vrai LOVE, celui que tu réussis à croiser dans les yeux qui pétillent des amoureux ?
Bah ça, c’est Gaspard et Julie.

Gaspard on le connaît depuis longtemps chez Ernest. Ces jours-ci il aime rappeler qu’il est originaire de Bordeaux, certes, mais il a quand même grandi dans l’Est parisien, et sa sœur était au lycée avec la moitié de notre équipe. C’est notre grand frère, charismatique et grande gueule, et qui nous soutient depuis le début. Après une formation à l’Ecole Hôtelière de Lausanne, il a occupé plusieurs postes de responsable de salle dans des grandes maisons. La dernière en date c’était La Table de 8 dans le guindé 8e arrondissement de Paris.

C’est là qu’il a croisé la route de Julie. Elle, originaire de Grenoble, est passée par la prestigieuse HEC et était promise à une carrière en Marketing & Affaires Internationales. Elle décide, avant d’attaquer la face Nord de la vie, de voyager. Un petit tour du monde, au calme. 18 mois d’apprentissage de l’humain sur le terrain, ça te change une Julie, pour sûr. A son retour, elle n’est plus tout à fait en phase avec le plan initial, et décide de prendre son temps.

 

« Quand je l’ai vu passer la porte du restaurant, j’ai tout de suite su que ce serait ma mouette ». Ca c’est le genre de punchlines qui n’ont pas du tout fonctionné sur Julie au début, mais, au bout de plusieurs mois, elle a quand même cédé. Viens on quitte Paris, on ouvre un resto de poisson, et on y fait des trucs bons ?!!! Oui oui oui ! Ce sera Hook’s. Gaspard et Julie n’ont jamais autant travaillé, ils n’ont jamais été autant fatigués, l’avenir doit s’écrire au jour le jour, mais qu’importe : ils n’ont jamais été aussi heureux.

Ce bonheur doux, la simplicité des petites choses de la vie, l’amitié, l’exigence du goût, les bons produits : tous ces parfums mêlés composent Hook’s. Tu passes la porte, tu es bien, point. Julie est restée en salle, Gaspard est passé en cuisine. Il y a développé une carte gourmande et efficace : des produits de la mer, de la tapas au burger de poisson, sans oublier l’option carnivore pour celui qui voudra. Les desserts sont ronds et solidaires (50 cts reversés à Ernest), et les vins s’accorderont à ton humeur. Ouvert depuis peu, le restaurant est fréquenté par les voisins, les copaings, et le tout-venant chanceux qui aura la fortune de passer un moment joyeux.